pixelvide
pixelvide pixelvide pixelvide
pixelvide pixelvide
  
L'évaluation par objectifs, un outil de pilotage

Se connecter    S 'inscrire   
nav Accueil
navnav PER
navnav Téléchargement
navnav Textes
navnav Citations
navnav Préface de S.Roller
navnav Evalog c'est quoi?
navnav Le projet
navnav Historique
navnav Les 3 finalités de l'évaluation
navnav Officialisation
navnav Ecole olympique ou citoyenne
navnav Profil d'une évaluation
navnav Evalog 20 ans
navnav Didacticiels
navnav 1er rapport 1994
navnav La pratique
navnav L'organisation

  Recherche :


Quoi de neuf ?


pixelvide

Les 3 finalités de l'évaluation

Jean Cardinet décrit de manière caricaturale les 3 finalités de l'évaluation:

Pour la première finalité , celle de la sélection, je citerai le cas d'un professeur de français qui mettait une note à ses élèves au bout d'un mois de classe et disait: " J'ai mis mes notes pour l'année; si je devais en changer, c'est que je me serais trompé la première fois", Sa logique était celle du système des Jésuites : la note indique le niveau de compétence globale de l'élève, niveau que l'on suppose stable.

 

Pour la deuxième finalité, celle du soutien de l'apprentissage, je présenterai un professeur d'allemand qui donnait chaque semaine un exercice à faire et donnait ensuite à ses élèves une note proportionnelle au nombre d'exercices qu'ils avaient traité correctement. La note reflétait donc la qualité du travail effectué chaque semaine.

Pour la troisième conception de la note, celle du bilan, je donnerai l'exemple d'un instituteur qui faisait faire un premier travail, le corrigeait, puis le rendait à ses élèves. Ceux-ci, voyaient les erreurs qu'ils avaient commises et ils avaient le droit de recommencer leur travail jusqu'à ce qu'il soit irréprochable . Lorsque ce niveau était atteint, les élèves recevaient la note maximale, puisque le bilan était devenu totalement positif.

(Jean Cardinet)

Selon Cardinet, ces conceptions bien qu'ici poussées à l'extrême, sont un peu présentes chez tous les enseignants. On voudrait, à la fois, indiquer le niveau de l'élève, suivre son apprentissage journalier, et faire la différence entre ce qui est acquis et ce qui ne l'est pas.

On ne peut donc ramener ces trois informations contradictoires à un chiffre!

A moins de multiplier par trois les évaluations pratiquées en classe, ce qui est impensable, La seule issue envisageable consisterait à conserver "à l'état brut", toutes les observations de l'enseignant à propos des savoir-faire de ses élèves. Resterait ensuite à traiter ces informations dans le sens de la finalité recherchée.

Jean Cardinet le résume d'ailleurs ainsi :

 

(...)ce qu'un enseignant peut réaliser convenablement, c'est simplement certifier ce qu'il a vu en disant :"Mes élèves sont capables de faire précisément ceci..."

(...)L'évaluation qui correspond à la pédagogie future ne nécessite plus de classer les élèves mais consiste simplement à voir si chaque individu a atteint ou non l'objectif. (J.Cardinet)


Dans la pratique, il faut déterminer pour chacun des 20 élèves d'une classe quels savoirs sont maîtrisés parmi les quelque 200 objectifs du programme annuel.

Une tâche parfaitement à la portée des outils informatiques actuels.

pixelvide
Se connecter    S 'inscrire    Mot de passe oublié ?