pixelvide
pixelvide pixelvide pixelvide
pixelvide pixelvide
  
L'évaluation par objectifs, un outil de pilotage

Se connecter    S 'inscrire   
nav Accueil
navnav PER
navnav Téléchargement
navnav Textes
navnav Citations
navnav Préface de S.Roller
navnav Evalog c'est quoi?
navnav Le projet
navnav Historique
navnav Les 3 finalités de l'évaluation
navnav Officialisation
navnav Ecole olympique ou citoyenne
navnav Profil d'une évaluation
navnav Evalog 20 ans
navnav Didacticiels
navnav 1er rapport 1994
navnav La pratique
navnav L'organisation

  Recherche :


Quoi de neuf ?


Didacticiels et évaluation, une cohérence

Il ne faut pas attendre davantage des didacticiels que ce qu’ils peuvent apporter. Dans les années 90, ils généraient une motivation du fait de leur nouveauté, mais que reste-t-il de la nouveauté lorsqu’elle n’est plus neuve ?  Ces ressources qui n’ont guère évolué en vingt années ne contiennent d’ailleurs qu’une faible part du génie pédagogique des enseignants qui les ont développées. En revanche, elles affichent toujours une infinie patience face aux élèves : « Essaie encore… »

En réalité le principal intérêt des didacticiels et des exercices en ligne réside dans le fait qu’ils constituent l’un des seuls moyens concrets, à disposition des enseignants, leur permettant de différencier leur enseignement. Par différencier, on entend aménager des moments durant lesquels chaque enfant effectue une activité directement liée à ses besoins propres.

Car les besoins sont effectivement différents puisqu’il est démontré que les élèves les plus rapides apprennent cinq à six fois plus vite que les plus lents. Un enseignement qui ne prendrait pas en compte cette réalité ne s’adresserait en définitive qu’aux élèves moyens, délaissant les plus lents et lassant les plus rapides.

Il n’est pas question de tourner le dos au modèle du cours traditionnel qui a fait ses preuves, mais d’organiser périodiquement, en parallèle, des ateliers de régulation. Devant la quantité prodigieuse de ressources à disposition, la question est désormais : quel logiciel pour quel élève ?
Cette question ne se poserait pas si l’évaluation scolaire avait évolué. Mais tant que l’on en reste à des notes sur 6, difficile pour les élèves d’opérer un choix de didacticiel en lien avec un objectif spécifique.
Si la médecine en était à ce stade, se contentant de délivrer des 4.7 de bilan de santé, la seule information qu’un médecin serait en mesure de donner après un check-up serait : « Il faut continuer à bien suivre le traitement, car en dessous de 4.0, vous ne passerez pas l’hiver… »    Ce qui correspond à peu près, si l’on remplace le mot « hiver » par « année » à ce qu’on peut tirer d’une note de français ou de math.
Il n’est pas déraisonnable, hors des idéologies, de prendre acte, que lorsque l’on a des programmes d’études exprimés en objectifs (PER) et  parallèlement, des centaines de ressources en lien avec ces objectifs, dès lors une évaluation par objectifs serait  certainement cohérente et appropriée.

Avec un bilan périodique indiquant les objectifs qu’il maîtrise ou non, chaque élève est en mesure de choisir le didacticiel qui lui convient, en vue d’améliorer ses compétences et, partant, son résultat. N’est-ce pas cela qui fondamentalement nourrit la motivation ?
Ph.Favre


pixelvide
Se connecter    S 'inscrire    Mot de passe oublié ?